Tout ce qu’il faut savoir sur l’assurance jeune conducteur

Vous êtes parents d’un futur jeune conducteur ? Ou bien vous êtes tout simplement un jeune conducteur qui souhaite souscrire une assurance auto ? Vous êtes au bon endroit ! Découvrez les particularités de l’assurance jeune conducteur. Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’assurance en France, contactez-nous !

 

Les différences entre assurance jeune conducteur et assurance auto classique

Lorsqu’on souscrit une assurance jeune conducteur, on ne retrouve pas les mêmes caractéristiques qu’une assurance auto classique que l’on prend quand on est un conducteur confirmé.

D’abord, il faut savoir qu’une assurance pour les jeunes conducteurs est valable uniquement quand on a un A (permis probatoire) à sa voiture. De ce fait, le jeune vient tout juste d’avoir son permis de conduire. La durée d’un contrat est variable, entre 2 et 3 ans. Tout dépend si le jeune a choisi conduite accompagnée ou conduite classique avec le moniteur d’auto-école. Cette assurance est obligatoire dans la mesure où la loi oblige de souscrire une assurance auto pour tout détenteur d’une voiture qui roule.

Une assurance auto classique est valable pour n’importe quel conducteur qui n’a plus son A (permis probatoire) à l’arrière de sa voiture.

Les conditions de la souscription de l’assurance jeune conducteur

Voici les conditions nécessaires pour valider la souscription. Pour commencer, le jeune doit avoir le permis (moins de 2 ans). Peu importe l’âge que vous avez. Par exemple, vous pouvez tout à fait passer le permis à 30 ans, vous devrez souscrire une assurance jeune conducteur puisque vous êtes considéré comme jeune permis.

Ensuite, concernant le choix du véhicule, vous devez faire attention à ces critères au risque de payer plus cher votre assurance. La voiture doit avoir moins de 8 chevaux fiscaux et moins de 120 chevaux-vapeur (puissance réelle). Enfin, le véhicule ne doit pas excéder 35 000 €.

Lorsqu’on prend une assurance pour jeune conducteur, il ne doit pas y avoir un autre conducteur, qui serait secondaire avec une assurance auto classique.

Nous verrons également les différences de tarifs appliqués selon le type de conduite pratiqué avant l’obtention du permis.

Les tarifs moyens appliqués à l’assurance jeune conducteur

Il existe plusieurs tarifs appliqués à l’assurance pour les jeunes conducteurs pour la simple et bonne raison qu’il existe différents types de conduite. Dans un premier temps, nous vous expliquons les caractéristiques de chaque conduite.

  • La conduite accompagnée, également appelée apprentissage anticipé de la conduite de la conduite (AACC), est possible à partir de 15 ans. Il faut d’abord obtenir le Code de la route. Puis, il faut suivre une formation pratique pendant 20 h. Et enfin, après validation du moniteur d’auto-école, parcourir 3000 kms pendant un an au minimum. L’accompagnateur doit avoir le permis au minimum depuis 5 ans et avoir l’accord de l’assurance. Il peut y avoir plusieurs accompagnateurs pour un jeune conducteur. L’assurance des jeunes conducteurs est moins chère en conduite accompagnée. Néanmoins, pendant 2 ans, le jeune permis ne peut pas conduire à l’étranger.
  • La conduite supervisée est autorisée à partir de 18 ans. Les conditions sont les mêmes que pour la conduite accompagnée. Pour valider votre formation pratique, vous devez obtenir l’attestation de fin de formation initiale (AFFI) et l’envoyer à votre assureur pour qu’il la valide. Il n’y a pas besoin d’accompagnateur, seules les heures avec le moniteur d’auto-école (20h minimum) sont nécessaires pour passer le permis. Cette conduite permet de compléter sa formation initiale en cas d’échec à l’examen du permis de conduire pour améliorer sa conduite et repasser le permis en toute sérénité. La durée du permis probatoire (le fameux A) est de 3 ans. Vous ne bénéficierez pas de tarif préférentiel sur votre assurance jeune conducteur.
  • La conduite encadrée, uniquement pour les jeunes qui souhaitent être conducteurs routiers. Il faut avoir au minimum 16 ans et être titulaire d’un CAP ou BEP conducteur routier. Au cours de l’année scolaire, le jeune a la possibilité de passer son permis routier en même temps que passer ses examens finaux.

Passons aux tarifs : 

Pour tous les jeunes qui ont passé le permis en conduite accompagnée, il y a une réduction de 50 % au niveau de la surprime (expliquée plus bas) pour la première année et 25% en moins la deuxième année. Il faut savoir également que l’assurance jeune conducteur n’est pas encore valable pendant la conduite accompagnée. Pensez à demander une extension de garantie à votre assureur. En contrepartie, votre assureur peut vous imposer une franchise « jeune conducteur » en cas de dommages ou accidents.

Pour les autres conduites, il est possible de faire baisser son assurance jeune conducteur en choisissant une voiture d’occasion que vous assurez au tiers. Vous pouvez le faire aussi en ayant passé une conduite accompagnée. La formule de base est très bien pour commencer à conduire. Il est également possible de souscrire une assurance auto au kilomètre qui vous permettrait de payer que les kilomètres roulés. Autre éventualité, prendre le même assureur que les parents pourraient vous faire bénéficier de 30% de réduction avec la fidélité, avantage des deux côtés.

La suite d’un contrat d’assurance jeune conducteur

L’assurance jeune conducteur est valable pendant 3 ans où le montant de la prime varie pendant cette période. Une surprime est appliquée à cause du fait que l’assureur vous considère comme novice en conduite, même si vous avez fait des heures pratiques. Elle atteint généralement 100 % qui diminuera chaque année avec l’expérience. Suite au contrat d’une assurance pour jeune conducteur, vous devez changer de formule pour passer à une assurance auto classique.

Que faire en cas d’accident pendant le contrat ?

Si vous avez eu un accident pendant votre période de jeune conducteur, du malus s’ajoutera automatiquement à votre cotisation et vous paierez plus cher votre assurance, seulement si vous êtes responsable. Vous serez en négatif au niveau de la balance bonus/malus. Pas de panique, vous pourrez obtenir du bonus au fil des années de conduite. Si vous n’êtes pas responsable, ce n’est pas vous qui payez mais celui qui a fait la faute. Néanmoins, si vous voyez votre voiture sur un parking avec les rétroviseurs cassés (par exemple), vous ne pouvez rien prouver : il n’y a pas de constat. Vous devrez payer même si vous n’êtes pas fautif.

Vous savez tout sur l’assurance jeune conducteur et ses spécificités par rapport à une assurance auto classique. Vous êtes prêt à souscrire une assurance pour vous ou pour vos enfants. Demandez-nous un devis !

[Total : 2    Moyenne : 5/5]