Comment réduire le coût de votre assurance emprunteur ?

L’assurance emprunteur est une garantie demandée par les banques lors d’une demande de prêt. Bien qu’elle ne soit pas une obligation légale, elle est presque tout le temps exigée. Cette assurance permet de couvrir les risques de défaut de paiement liés aux risques d’incapacité, d’invalidité voire de perte d’emploi. Voici comment réaliser des économies sur cette assurance au moment de la souscription de votre prêt immobilier.

Négociez un taux d’assurance plus bas avec votre banque

Vous pouvez faire jouer la concurrence entre les différentes compagnies d’assurance au moment de souscrire un prêt immobilier. Pour commencer, vous pouvez parfaitement discuter avec votre banquier pour obtenir votre assurance emprunteur la moins chère que possible. Les banques proposent généralement des contrats de groupe qui mutualisent les risques emprunteurs. Ces contrats ne sont pas forcément adaptés à votre profil. Cela signifie que vous pourriez obtenir un tarif plus ou moins avantageux avec une autre compagnie d’assurance. C’est sur ce point que vous pourrez négocier avec votre banque. Celle-ci peut parfois privilégier les clients fidèles en acceptant un tarif moins élevé.

Vous pouvez aussi jouer sur le taux de couverture des emprunteurs. Une assurance de prêt ne doit pas forcément inclure toutes les garanties. À part pour la garantie décès et PTIA (Perte Totale et Irréversible d’Autonomie) qui sont obligatoires, les garanties sont souscrites selon le profil de l’emprunteur. Si vous souscrivez à deux un crédit et une assurance emprunteur, vous pouvez même moduler les quotités pour atteindre 100 %, mais avec la répartition de votre choix. Vous pouvez être couvert chacun à 50 %, mais l’un peut être couvert à 60 % et l’autre à 40 %, ou l’un à 70 % et l’autre à 30 %.

Profitez de la délégation d’assurance emprunteur

Votre banque proposera par défaut de souscrire l’assurance de son établissement. Mais vous êtes libre d’aller souscrire un contrat d’assurance dans un autre établissement après avoir comparé les offres les plus intéressantes. C’est ce qu’on appelle la délégation d’assurance.

Lorsque vous montez votre dossier de prêt immobilier avec votre banque, grâce à la loi Lagarde, vous pouvez comparer les assurances crédit du marché et demander à votre banque de souscrire cette assurance. Vous pouvez ainsi choisir un contrat d’assurance adapté à votre profil et à vos besoins, avec un tarif préférentiel. Si vous procédez à une délégation d’assurance, la banque à laquelle vous demandez un emprunt n’a pas le droit de modifier les conditions de crédit. La seule conditions est que la nouvelle assurance propose au moins les mêmes garanties que celle proposée par votre banque sur toute la durée de l’emprunt. Si cette condition est remplie, la délégation ne pourra pas être refusée.

Si vous n’avez pas pu faire jouer la concurrence pour économiser sur votre assurance crédit, vous avez la possibilité de le faire après la signature du prêt. Avec la loi Hamon, vous pouvez résilier votre contrat d’assurance de prêt immobilier à tout moment sur les 12 premiers mois de la signature de l’offre de prêt. Cette loi a pour objectif, tout comme la loi Lagarde, de favoriser la concurrence dans le domaine de l’assurance emprunteur et ainsi de payer moins cher les mensualités.

Quelles garanties doivent être incluses dans votre contrat d’assurance ?

Si vous souhaitez changer d’assurance emprunteur, vous devez identifier les garanties que propose l’assurance de la banque dans laquelle vous empruntez. Cela vous permettra de vérifier que vous les retrouvez bien dans les contrats proposés par des concurrents.

Les garanties décès et PTIA doivent figurer dans tout contrat d’assurance emprunteur. Elles couvrent respectivement le remboursement des sommes restantes dues en cas de décès de l’emprunteur, et le paiement des échéances en cas d’incapacité de ce dernier à exercer une activité professionnelle. La garantie ITT (Interruption Temporaire de Travail) et les clauses IPT (Invalidité Permanente Totale) et IPP (Invalidité Permanente Partielle) sont en revanche facultatives. La garantie ITT intervient en cas d’arrêt de travail. Attention au délai minimal requis d’arrêt de travail ou d’invalidité avant que l’assurance n’intervienne. Selon les contrats, elle peut être de 3 à 6 mois. La garantie ITT induit une prise en charge des dettes en cas d’invalidité évaluée à plus de 66 %, et la garantie IPT induit une prise en charge en cas d’invalidité estimée à 33 %.

Vérifiez également les modalités de prise en charge de votre garantie emprunteur. Il faut savoir différencier les différents remboursements. Dans le cas d’un remboursement indemnitaire, le montant dû par l’assurance en cas de sinistre vous est directement reversé, alors que dans le cas d’une indemnisation forfaitaire, l’assureur vous reverse le montant correspondant à la perte réelle de revenus à hauteur de la quotité indiquée dans le contrat. N’oubliez pas de vérifier les clauses d’exclusion, précisant les situations non prises en charge par l’assurance. Elles incluent généralement les maladies à risque comme les troubles psychiques et les maux de dos. Ces clauses peuvent également déterminer des limites d’âge. L’âge limite se situe généralement entre 80 et 85 ans pour la garantie décès, et entre 65 et 70 ans pour les autres couvertures.

Renégociez l’assurance de prêt immobilier chaque année

La loi Sapin 2, appelé aussi amendement Bourquin, permet aux emprunteurs de résilier un contrat d’assurance après 12 mois à partir de la date de la signature du contrat de prêt. Il vous est donc possible de renégocier votre assurance ou de changer d’assurance de prêt chaque année à sa date d’anniversaire. La date d’échéance est fixée au jour de la signature de l’offre de prêt et restera cette date même si vous changez d’assurance entre temps. Cela permet de vérifier régulièrement les tarifs pratiqués sur le marché de l’assurance crédit et de voir si vous êtes toujours couvert par celle qui vous correspond le mieux. Si vous estimez que votre taux d’assurance est trop élevé, profitez de cette échéance pour partir à la recherche de taux plus attractifs, ou prenez le temps d’en discuter avec votre assureur pour obtenir un tarif plus bas.

N’hésitez pas à demander un maximum de devis dans des compagnies différentes afin de faire jouer la concurrence. Comparez toujours les offres ayant au minimum un niveau de garanties équivalent, afin de vous assurer que vous choisissez la plus intéressante. Il est également possible de négocier avec certains établissements en leur demandant de s’aligner sur l’offre la moins cher que vous ayez trouvée.